image-2

Est-ce facile de donner à voir la musique ?
Je ne sais pas s’il s’agit de donner à voir la musique, je dirais qu’il s’agit plus de se positionner en échos, de proposer une forme plastique qui complète la forme musicale. Mais tout ça reste de l’ordre de la tentative, de l’intuition. J’aime conceptualiser les choses, les penser, mais à l’origine, tout est histoire de geste et d’impulsion, pas d’analyse. J’essaie de me garder de trop vouloir signifier où de donner à voir. Il m’arrive assez fréquemment d’acheter un disque sur sa pochette, que ce soit une vieille édition d’Elvis qui chante Noël ou une compilation de bizarreries de Radio Centraal (radio anversoise). La satisfaction est déjà totale quand l’objet est réussi. Que la musique suive, c’est un plus mais ça ne gâche en rien la satisfaction initiale de tomber sur un très beau truc. L’idée est de pouvoir satisfaire autant les yeux que les oreilles. Quand les objets sont vraiment réussis, s’y ajoutent le toucher et l’odorat, pour ceux qui aiment l’odeur de l’encre. 

Extrait d'un entretien avec Rémy Poncet est à la fois graphiste, éditeur de disques et musicien. Il présente son travail au sein du studio graphique Brest Brest Brest (rien à voir avec la ville) pour son label Objet Disque...

SetWidth200-ODEURS

 

http://www.tohubohu-media.com/brest-brest-brest-pour-objet-disque/

http://courses.insa-rennes.fr/category/la-monographie/marketing/musique-odeur-et-couleur-stimuli-par-les-sens/

Neuro

 

 

azzaro-decibel-julian-casablancas-pub