G Scott-Heron

 Stevie Wonder a souvent étonné les journalistes musicaux, les prenant à contre pied quand ceux-ci voulaient entendre de sa bouche l'oeuvre préférée dans sa discographie et ce qui lui inspirait retrospectivement sa plus grande fierté au niveau de sa carrière.  Sans réduire la partie musicale, il n'a jamais changé de version en exprimant autre chose que sa joie d'avoir pu contribuer a rendre possible la journée nationale en hommage à Martin Luther King. Sa volonté fut farouche d'instaurer pareil souvenir, et il ne concevait pas qu'une telle date ne soit pas institutionnaliser. Fin 1980, Gil Scott-Heron et lui partagèrent l'affiche d'un concert d'anthologie réclamant enfin que cette date soit officiellement traitée par le pouvoir fédéral. Malgré l'opposition de l'administration Reagan (alors président), celle-ci fut officiellement instaurée en 1983 grâce a une détermination totale. Cette aboutissement représente une très grande fierté pour la communauté noire américaine capable d'être plus fort que n'importe quel morceau de Stevie Wonder. Cette "dernière fête" donne le titre des mémoires de Gil Scott-Heron. Finalement c'est le symbole de la lutte politique permanente du poète afro-américain, cette foi inébranlable qui a alimenté sa vision, son discours et son oeuvre entière. A partir du 13 février 2014, nous pourrons trouver sur les tables des librairies ce livre traduit par Stéphane Roques et publié aux éditions de l'Olivier. De son enfance au coeur du Tennessee des années 50 en plein cauchemar ségrégationniste, puis son arrivée dans le Bronx à New-York. Il saisira les contours de la société américaine, des inégalités sociales, bref le socle de sa conscience politique. Disparu en 2011, nous allons découvrir son témoignage, son engagement, sa vie d'artiste...son itinéraire, en nous offrant un éclairage unique sur la contre histoire de la société américaine des années 1960 à 1990. Du coup le roman de genre publié en France en 1998 (écrit dans les années70), "Le Vautour" deviendra secondaire car de l'autre coté de l'Atlantique les critiques parlent d'un écrit aussi passionnant et indispensable que les chroniques de Bob Dylan. Ils qualifient l'auteur de magicien des mots le considérant comme un écrivain à part entière, Cela vous étonne ? L'année 2014 s'annonce déjà interressante a démarrer.

Some1