10363464-cuba--circa-1967-a-stamp-printed-in-cuba-shows-flight-of-first-soviet-spaceship-sputnik-1-circa-1967Thomas Matthew McCook est né le 3 mars 1927 à La Havane sur l'île de Cuba. Sa mère souhaitait retrouver son île natale; la Jamaïque !

 

Layout1_1_PKW4VooktommyAM

 

Il participera à l'incroyable aventure de la formation mythique "Les Skatalites" La paternité du nom revient à Tommy McCook lui-même, c'est un jeu mots inspiré par les satellites que les Soviétiques envoyaient alors dans l'espace. La plupart des membres avaient été élèves de l'Alpha Boy's School de Kingston, véritable pépinière de musiciens. En 1964, le groupe est

ska talites

officiellement lancé, il crée à lui tout seul un courant : Le SKA !

 

TheSkatalites

 

 

Bien qu'ils n'aient été ensemble que depuis un an, il se séparèrent en août 1965. Pour la petite histoire après avoir animé un bal de la police à Runaway Bay, mais le nom restera à tout jamais synonyme de SKA.

La base originelle de musiciens du groupe est composée de Roland Alphonso (sax tenor), Don Drummond (trombone), Jackie Mittoo (piano)... 

 

SKATALITES

alphonso

 

 

 

 

 

 

skatalites_logo

 

 

don-drummond

 

 

 

 

 

skatalites-logo-HR

Jackie Mittoo - Picture 02

 

 

 

 

 

 

 

Ces musiciens ont tous joué derrière les plus grands artistes jamaïquain de l'époque,

247des " session men". Le seul a s'affranchir réellement de ce statut c'est Tommy McCook. Il participe activement à la création du studio de Duke Reid. Celui-ci occupera l'étage de la boutique de spiritueux "Treasure Isle Liquor Store" du producteur rival de Coxsone Dodd (Studio One), le nom du label est tout trouvé: "Tresure Isle" ! Plus tard  il crée aussi Trojan (surnom de son Sound System qui diffusait beaucoup de RHYTHM&BLUES américain), celui-ci est prêt pour exporter vers la Grande Bretagne la musique de l'île. McCook au sein du label offre  peut être les plus beaux morceaux de ROCKSTEADY avec par exemple sa formation des Supersonics. Ce style est le pendant de la SOUL américaine, mélancolique et élégiaque, emmenés par les cuivres, avec des instrumentaux bourrés d'accords mineurs reflète la philosophie rastafari de bon nombre de musiciens qui l'interprétait.