27 juin 2011

Groove me

Jon Cleary and The Absolute Monster Gentlemen   Live at the Mystic Theatre

25 juin 2011

Le Choeur des esclaves ?

  Le 12 mars dernier, Silvio Berlusconi a dû faire face à la réalité. L'Italie fêtait le 150ème anniversaire de sa création et à cette occasion fut donnée, à l’opéra de Rome, une représentation de l’opéra le plus symbolique de cette unification : Nabucco de Giuseppe Verdi, dirigé par Riccardo Muti. Nabucco de Verdi est une oeuvre autant musicale que politique : elle évoque l'épisode de l'esclavage des juifs à Babylone, et le fameux chant « Va pensiero » est celui du Choeur des esclaves opprimés. En Italie, ce chant est le... [Lire la suite]
Posté par some1 à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 juin 2011

My Lady Nicotine

De l'influence du tabac sur l'art de la séduction, la vie de couple et les amours illicites...ou 33 chroniques désopilantes pour se consoler de l'interdiction de fumer en rond.                       James Matthew Barrie (1860-1937), l'auteur de "Peter Pan", a été journaliste avant de se consacrer au théatre et au roman. Son succès et sa notoriété sont tels dans les pays anglo-saxons que les fabricants de tabac se sont très vite servi de "My Lady Nicotine" pour leur... [Lire la suite]
06 juin 2011

Femme F(r)a(c)tale ?

Posté par some1 à 02:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 juin 2011

Bitches Brew Sessions

Miles Davis disait de Wayne Shorter : ... " Il est en orbite dans son propre univers " ...   C'est au cours des séances d'enregistrement de l'album de Miles Davis; "Bitches Brew", que Wayne Shorter va tester un nouvel instrument le saxophone soprano. ... " Mon approche au soprano est fortement liée au premier instrument sur lequel je me suis exprimé, la clarinette. Quand je faisais partie de  notre groupe à New Jersey, on n'avait pas de trompettistes, je les jouais à la clarinette. J'imitais les trompettes sur les... [Lire la suite]
03 juin 2011

Souvenirs de Miles Davis par Wayne Shorter

... " Le groupe de Miles c'était comme une université où les profs te permettent de mener tes propres recherches. Avec Art Blakey, les choses étaient plus strictement mises en place, il y avait un élément de spectacle, on savait exactement ce qu'il fallait faire, tandis qu'avec Miles, il n'y avait aucune répétition, chacun faisait des progrès à sa manière, à son rythme. Juste avant sa mort en 1991, Miles m'a appelé pour évoquer cette belle époque et je crois sincèrement qu'il pensait même a reformer le second Great Quintet pour voir... [Lire la suite]