LG_2003... " Quand je veux faire du jazz,  je fais du rock.Quand je veux faire du rock, je fais du twist"...Extrait entretien au journal l'Humanité (octobre 2003).

Ra107_laurent_garnier

L'ambassadeur de la musique électronique est passé en quelques années du statut de jeune homme timide à celui de star internationale, voire de gardien du temple de la techno, reconnu par les pionniers de Détroit.

Tout a démarré en 1988 à l'Hacienda, fameux club de Manchester lancé par des groupe Joy Divison, New Order (par la suite...) & Happy Mondays, dernières formations importantes du label FACTORY. Laurent alors employé comme serveur, découvre l'acid house, nouvelle fièvre musicale qui secoue la jeunesse anglaise...C'est au cours d'un set de Mike Pickering Mike_Pickeringqu'il décide de se mettre aux platines. Le patron du club lui donne alors sa chance, et ne le regrettera pas.

De retour en France, service militaire oblige, il dispense la bonne parole dans les rares lieux qui prêtent une oreille attentive à ce nouveau courant musical. Ce sera d'abord la Luna (boîte Gay de bastille), où il rencontre Shazz, Jérôme Pacman,  et bien d'autres...Puis c'est la fameuse époques des soirées wake-up qui relancent la fréquentation d'un club rock en déshérance : Le Rex. Il officiera ensuite régulièrement Au Queen, alors en pleine mutation, sans oublier les nombreuses raves clandestines de l'époque. Très vite la seule appartion de son nom sur un flyer déplace les foules. Sa réputation dépasseralargement les frontières de l'hexagone, et les plus grands club de la planête comment a se l'arracher. Disco, Jungle, trance, hardcore, les sets de Garnier sont des voyages hallucinants dans l'univers sonore des musiques électroniques, avec pour seul but de donner du plaisir à son public.Laurent_Garnier

La presse anglaise, qui s'interresse peu aux productions d'Outre Manche alors, le consacre en 1994, meilleur DJ du monde ! Avec sa casquette de Dj, Laurent Garnier a su porter celle de producteur. en compagnie d'eric Morand, il crée en 1994, le label F.Comm qui va très vite s'imposer comme le navire amiral de la production française. De nombreux artistes sont signés sur le label, une équipe où l'on retrouve les meilleurs de l'époque : Ludovic Navarre (St Germain), Shazz, Mr oizo, Fred Galliano, Nova Nova, Llorca pour ne citer que certains...

fcom

Dj, poducteur, mais aussi artiste accompli, puisque son premier album "Shot in the Dark" s'est vendu à plus de 70 000 exemplaires dans le monde, il obtient même la première "Victoire de la Musique", dans la catégorie musiques électroniques, pour le second intitulé "30". Quand à son troixième opus, "Unreasonable Behaviour", sorti au cours de l'année 2000, il sera couronné par un passage à l'Olympia, accompagné sur scène par de vrais musiciens. Et ce n'est qu'un début car selon lui avec l'arrivée de nouveaux instruments, la techno n'a pas tout dit : ..." La suite reste à inventer..."

dessin_laurent_garnier